Pauvreté et technologies de santé mobile à Djibouti

Pauvreté et technologies de santé mobile à Djibouti L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a introduit le concept de santé mobile (mHealth) pour améliorer la prestation des systèmes de soins de santé à l'échelle mondiale. mHealth utilise les technologies de l'information et de la communication pour fournir des services de soins de santé. À Djibouti, où de vastes paysages arides et des installations cliniques limitées posent des défis importants, la santé mobile est le fer de lance de solutions transformatrices en matière de soins de santé. Le pays, aux prises avec des maladies infectieuses et des infrastructures de soins de santé inadéquates, s'appuie de plus en plus sur les applications mobiles, les plateformes de télémédecine et les interventions par SMS. En exploitant le potentiel de la santé mobile, Djibouti fait des progrès significatifs dans l’amélioration de la prestation des soins de santé et progresse vers une couverture sanitaire universelle.

Améliorer l'accès aux services de soins de santé

De nombreux obstacles à l’accès à la santé persistent à Djibouti, exacerbés par la pauvreté et les disparités géographiques. La Banque mondiale rapporte qu'environ 58 % de la population de Djibouti vit en dessous du seuil de pauvreté et a du mal à s'offrir des soins médicaux de base. Les technologies de santé mobiles constituent cependant une passerelle vitale. Les plateformes de télémédecine telles que BaboCare et TelmedDjib permettent des consultations à distance avec des prestataires de santé, connectant ainsi efficacement les patients aux professionnels de la santé, en particulier dans les zones rurales où les établissements de santé sont rares. Ces plateformes font état d’un taux de réussite de plus de 70 % dans les consultations réalisées par télémédecine.

Autonomiser grâce à l’éducation à la santé

L’éducation sanitaire est cruciale pour permettre aux individus de prendre des décisions éclairées concernant leur santé. Les méthodes traditionnelles de diffusion d’informations sanitaires sont confrontées à des défis importants à Djibouti, où les taux d’analphabétisme sont d’environ 50 %, selon le rapport 2022 de l’UNICEF. Les technologies de santé mobile offrent une solution évolutive et accessible à ces défis. Des applications comme AfyaDjib et Sehaty proposent des messages de santé ciblés et du contenu éducatif sur des sujets allant de la santé maternelle et infantile à la prévention des maladies infectieuses. Ces applications ont attiré une large attention et auraient augmenté les connaissances en matière de santé des utilisateurs de 80 %.

Stratégies de prévention des maladies

La prévention des maladies apparaît comme une solution cruciale pour réduire le fardeau de la maladie, en particulier dans les contextes aux ressources limitées comme Djibouti. Ce pays, aux prises avec une forte prévalence de maladies transmissibles telles que le paludisme et la tuberculose, connaît des difficultés en partie à cause de l'insuffisance des infrastructures de soins de santé. Une stratégie de prévention efficace et rentable à Djibouti comprend des interventions basées sur les SMS. Par exemple, la campagne United to Beat Malaria diffuse des informations sur les mesures préventives telles que l’utilisation de moustiquaires et la pulvérisation intradomiciliaire à effet rémanent. Selon l'organisation, ce programme a protégé plus de 40 millions de personnes contre le paludisme dans 61 pays et a permis de récolter plus de 75 millions de dollars pour lutter contre la maladie.

Défis et orientations futures

Même si les technologies de santé mobile sont très prometteuses, des défis subsistent quant à leur large utilisation et leur durabilité. Ces services restent souvent inaccessibles aux populations marginalisées, notamment en raison de la mauvaise connectivité Internet dans les zones rurales. Il est tout aussi important de veiller à ce que les interventions de santé mobile respectent les normes culturelles et incluent la diversité linguistique. Par conséquent, les futures collaborations entre les entités gouvernementales, les organisations à but non lucratif et les acteurs du secteur privé sont cruciales. Ces partenariats pourraient relever ces défis et exploiter pleinement le potentiel des technologies mHealth pour améliorer la prestation des soins de santé à Djibouti.

Regarder vers l'avant

L'engagement de Djibouti en faveur du développement des technologies de santé mobiles promet de révolutionner davantage son paysage des soins de santé. À mesure que les partenariats entre les organismes gouvernementaux, les ONG et le secteur privé se renforcent, ces efforts de collaboration devraient améliorer l'accessibilité et l'efficacité des services de santé à travers le pays. Grâce à une innovation continue et à une mise en œuvre stratégique, la santé mobile a le potentiel de réduire considérablement les disparités en matière de santé et de conduire Djibouti vers une couverture de soins de santé universelle et durable.

Honorine est basée à Highland, New York, États-Unis et se concentre sur la technologie et la santé mondiale pour le projet Borgen.

*