Comprendre la pauvreté énergétique en Éthiopie

Pauvreté énergétique en Ethiopie
L’Éthiopie continue de faire face à une crise de pauvreté importante et persistante, malgré certains progrès ces dernières années. Selon les données de l’ONU de 2021, environ 19 % de la population vit dans la pauvreté. Un défi particulier auquel le pays est confronté est la pauvreté énergétique, qui touche les personnes vivant dans des zones pauvres, rurales et sous-développées. La pauvreté énergétique fait référence au manque d’accès à des ressources énergétiques fiables, abordables et essentielles, telles que l’électricité. Malheureusement, la pauvreté énergétique en Éthiopie reste un problème urgent, sans aucun signe d’amélioration. La demande du pays en ressources énergétiques dépasse de loin son offre disponible, exacerbée par des facteurs externes qui entravent les moyens de production du pays.

Pauvreté énergétique en Ethiopie

La pauvreté énergétique persiste comme un défi pressant en Éthiopie, touchant une partie importante de la population, en particulier ceux qui vivent dans des zones pauvres ou rurales. Avec plus de la moitié des citoyens n’ayant pas accès à l’électricité, les zones rurales, qui abritent 80 % de la population éthiopienne, sont confrontées à la pénurie et à un accès limité aux ressources énergétiques. Par conséquent, beaucoup ont recours à la combustion du bois pour cuisiner et se chauffer, ce qui aggrave le problème de la précarité énergétique.

La demande énergétique de l’Éthiopie continue d’augmenter en raison de l’urbanisation rapide, de la croissance du PIB et de l’expansion démographique dans les régions urbaines et rurales. Cependant, l’infrastructure énergétique du pays est insuffisante pour répondre aux besoins de ses 110 millions de citoyens, comme l’a déclaré l’International Trade Administration.

De plus, l’Éthiopie est aux prises avec une crise de sécheresse qui aggrave encore la situation. La majorité de la production énergétique du pays, environ 90 %, dépend fortement de l’hydroélectricité, ce qui la rend vulnérable aux effets de l’aggravation de la sécheresse. Les barrages hydroélectriques connaissent de graves limitations dans leurs capacités de production, ce qui se traduit par des rendements bien inférieurs à leur potentiel. En réponse, les autorités explorent des sources d’énergie alternatives telles que l’énergie solaire, éolienne et géothermique pour diversifier le bouquet énergétique et relever les défis énergétiques auxquels la nation est confrontée.

Impact sur la santé et le niveau de vie

La pauvreté énergétique en Éthiopie a un effet néfaste sur la santé et les conditions de vie des personnes touchées. La dépendance des ménages au bois et au charbon de bois pour le chauffage et la cuisine a entraîné des complications respiratoires courantes dues à l’inhalation de fumée toxique produite lors de la combustion. Des ressources insuffisantes, telles que le manque d’électricité, entravent davantage les capacités de ventilation et contribuent à la pollution intérieure, en particulier dans les maisons utilisant des sources d’énergie alternatives comme le bois et le charbon.

De plus, la pauvreté énergétique a également un impact sur l’infrastructure éducative de l’Éthiopie. Avec la transition vers la diffusion de cours via la télévision en direct en réponse au COVID-19, les écoles rurales sans accès à l’électricité ne sont pas en mesure de diffuser les cours à leurs élèves, ce qui exacerbe les disparités éducatives.

Lutter contre la pauvreté énergétique en Éthiopie

L’Éthiopie travaille activement sur des plans visant à lutter contre la pauvreté énergétique par le biais de diverses initiatives. Au cours de la prochaine décennie, les responsables visent à augmenter considérablement la capacité de production d’énergie du pays à 17 000 MW, soit plus du triple de la capacité actuelle de 4 500 MW. Pour atteindre cet objectif, plusieurs barrages sont actuellement en construction à travers l’Éthiopie, notamment le barrage hydroélectrique de Koysha, qui deviendra le deuxième plus grand barrage du pays une fois achevé. Le gouvernement éthiopien supervise le projet, qui devrait être finalisé dans trois ans, à partir de juin 2022.

Power Africa, un partenariat public-privé dirigé par le gouvernement des États-Unis, participe également activement au doublement de l’accès à l’électricité dans les pays d’Afrique subsaharienne, dont l’Éthiopie. Le partenariat se concentre sur le soutien de divers aspects du renforcement du réseau énergétique éthiopien. Cela comprend la réhabilitation des infrastructures existantes, le développement de nouvelles infrastructures et la garantie que des sources d’énergie fiables atteignent les zones qui n’ont actuellement pas accès à l’électricité.

Regarder vers l’avant

Malgré les difficultés persistantes, les autorités éthiopiennes font des progrès significatifs dans la lutte contre la pauvreté énergétique. La construction de nouveaux sites de production d’énergie est en cours et des initiatives nationales et internationales luttent activement contre ce problème dans le pays. Les progrès réalisés jusqu’à présent devraient non seulement réduire les taux de pauvreté, mais également apporter un soulagement indispensable aux personnes touchées par la pauvreté énergétique. Bien qu’il y ait encore de la place pour davantage de progrès, les efforts et l’optimisme des responsables continuent d’entraîner des changements positifs dans la lutte de l’Éthiopie contre la pauvreté énergétique.

– Nicholas DeLuca
Photo : Flickr

*