Enfants soldats en République centrafricaine

Enfants soldats en République centrafricaineEn juin 2023, l’UNICEF a signalé que des groupes militants à travers le monde avaient recruté au moins 105 000 enfants. La République centrafricaine (RCA) représente une grande partie de ces statistiques et compte l’un des plus grands nombres d’enfants soldats au monde.

Des années de conflit armé rendent le paysage politique de la RCA très instable. Les tentatives visant à réduire l’instabilité politique, y compris l’accord de paix de 2019, ont largement échoué. L’UNICEF considère l’exploitation des enfants soldats comme l’une des pires formes de travail des enfants, qui nuit à l’enfant à la fois physiquement et psychologiquement. Voici sept faits sur les enfants soldats en République centrafricaine.

7 faits sur les enfants soldats en RCA

  1. La portée du terme « enfant-soldat » – Un enfant soldat est toute personne âgée de moins de 18 ans qu’un groupe militant recrute et utilise à quelque titre que ce soit. Cela englobe l’exploitation en tant que messagers, cuisiniers, espions, gardes, boucliers humains, combattants et à des fins sexuelles. Les enfants soldats en République centrafricaine ne sont pas seulement ceux qui participent directement aux combats.
  2. Les enfants soldats sont des victimes silencieuses de la guerre – En 2023, l’association Theirworld estimait que 40 % des enfants soldats dans le monde sont actuellement des filles. Les combattants masculins les utilisent principalement comme esclaves sexuelles et les appellent « épouses », ce qui entraîne une plus grande violence sexiste pour les filles. Ce phénomène est généralement moins signalé et les statistiques excluent donc souvent les enfants soldats de sexe féminin, ce qui en fait des victimes silencieuses dans les conflits. En mars 2023, la Banque mondiale a rapporté que la RCA présente actuellement l’un des plus grands écarts d’inégalité entre les sexes au monde, se classant 188 sur 191. Il est nécessaire de mettre davantage l’accent sur l’autonomisation des femmes pour réduire la violence à l’égard des filles et accroître la sensibilisation à leur utilisation pendant l’enfance. militaires en République centrafricaine.
  3. Les enfants soldats représentent la violation la plus courante contre les enfants – Le Conseil des droits de l’homme de 2022 a fait état de 647 enfants victimes de violations des droits de l’enfant en RCA, notamment de violences sexuelles, d’emprisonnement illégal et d’utilisation d’enfants dans des conflits armés. Cette dernière violation a été signalée comme la plus fréquente. En 2022, l’ONU a signalé que ce chiffre avait diminué depuis 2021. Cependant, pour minimiser cette statistique, il est nécessaire de mettre davantage l’accent sur la prévention du recrutement et de l’exploitation ultérieure des enfants comme soldats.
  4. La libération des enfants soldats ne représente que la moitié de la bataille – En 2022, l’ONU a signalé la libération réussie de 134 enfants soldats en RCA après des discussions avec des groupes militants. Toutefois, le retrait des enfants d’un conflit violent ne signifie pas leur retour immédiat à la normale. Les enfants soldats sont très vulnérables au réenrôlement. La stigmatisation des enfants soldats en République centrafricaine peut conduire à leur éloignement de la société, car ils sont considérés comme dangereux et même comme boucs émissaires. Cela augmente également leurs chances de réintégrer le conflit et même d’y rester jusqu’à ce qu’ils deviennent des soldats adultes.
  5. La réintégration est possible grâce aux efforts de l’ensemble de la communauté – Depuis 2014, l’organisation World Vision est active sur sept sites différents à travers le pays. Il aide les enfants soldats en améliorant les relations communautaires, en offrant une protection contre la violence et en améliorant la nutrition et la disponibilité d’eau potable. Surtout, il a créé des programmes de protection de l’enfance qui travaillent en étroite collaboration avec les dirigeants communautaires, les familles, les forces de l’ordre et les soignants afin de créer un espace sûr pour les enfants associés aux groupes armés. D’ici 2025, il prévoit que le bien-être de 2,1 millions d’enfants vulnérables de RCA aura été amélioré.
  6. Les conflits voisins entraînent un risque plus élevé d’enfants soldats – Le récent conflit au Soudan voisin a conduit environ 14 000 réfugiés soudanais et rapatriés centrafricains dans le nord-est du pays. Les groupes rebelles contrôlent en grande partie cette zone et elle échappe au contrôle du gouvernement. À mesure que le nombre d’enfants vulnérables résidant dans les zones militantes augmente, le risque qu’ils soient recrutés et exploités comme enfants soldats en République centrafricaine augmente également. Cependant, en juin 2023, l’ONU a rapporté que, dans les premières semaines du début du conflit au Soudan, elle avait pu prépositionner 155 tonnes de marchandises d’urgence dans le nord-est de la RCA, ce qui a permis de sauver des vies.
  7. La prévention des enfants soldats est possible en réduisant les conflits – La RCA se classe parmi les pays les plus pauvres au monde avec une croissance du PIB réel estimée à 0 % en 2022. Environ 71 % des Centrafricains vivent en dessous du seuil de pauvreté international. Les conflits sont les plus graves dans les pays où le revenu par habitant et la croissance économique sont les plus faibles.

Regarder vers l’avant

Là où règnent les conflits et la violence, l’existence d’enfants soldats l’est également. Par conséquent, un financement plus important pour améliorer l’économie centrafricaine, en mettant l’accent sur l’emploi, les soins de santé et l’éducation, est vital. En 2021, la Banque mondiale a rapporté que le projet PACAD, conçu pour soutenir les comités touchés par tous les déplacements, avait injecté environ 12 279 000 $ dans l’économie locale.

Alors que le nombre d’enfants soldats en République centrafricaine reste critique, des investissements et des financements plus importants apportent une aide qui change la vie. L’aide contribue à faire progresser l’économie, à fournir des soins de santé d’urgence, des programmes de déradicalisation et de réintégration, ainsi qu’à contribuer à la prévention des conflits. En RCA, alors que les risques d’exploitation des enfants dans les conflits armés sont élevés, le financement peut apporter un changement indélébile.

–Heidi Helen Horgan

*