Pleins feux sur les initiatives de StrongMinds en matière de santé mentale en Afrique

Initiatives de santé mentale de StrongMindsSouvent négligée dans le paysage plus large des initiatives mondiales en matière de santé, la santé mentale joue un rôle central dans le façonnement des communautés et des individus. Face à des priorités concurrentes en matière de santé et de développement, la santé mentale passe souvent au second plan, tandis que les problèmes de santé plus visibles occupent le devant de la scène. À partir de 2021, 66 millions de femmes souffrent de dépression et de troubles anxieux en Afrique, alors que 85 % des femmes n’ont pas accès aux soins. Fortes d’une solide maîtrise des complexités de la santé mentale, les initiatives de santé mentale de StrongMinds ont favorisé un environnement inclusif dans lequel les communautés peuvent aborder la santé mentale d’une manière culturellement pertinente.

Spécifiquement dédié à la lutte contre le problème souvent négligé de la dépression, qui touche particulièrement les femmes de la région, StrongMinds se distingue en tant qu’organisation unique proposant une solution rentable aux défis actuels en matière de santé mentale. Créée en 2013, l’organisation opère stratégiquement en Ouganda et en Zambie. Ce qui distingue StrongMinds, c’est son dévouement à la cause et sa position unique en tant que seule organisation mettant en œuvre une solution évolutive et rentable à l’épidémie de dépression en Afrique. Grâce à des partenariats et à la collaboration avec des ONG et des entités gouvernementales, StrongMinds étend efficacement l’accès au traitement de la dépression, atteignant les communautés en utilisant une ressource inestimable : la communauté.

Le projet Borgen a eu l’occasion de s’entretenir avec le directeur pays par intérim de StrongMinds en Ouganda, Vincent Mujune, qui est activement impliqué dans la mission de l’organisation. Dans l’interview, Mujune explore l’inspiration qui se cache derrière l’accent exclusif de StrongMinds sur les femmes, le rôle vital des bénévoles en santé communautaire, l’importance de la santé mentale dans le développement, les stratégies de déstigmatisation, le succès de la thérapie de groupe et l’approche unique de l’organisation.

Impact de la dépression sur la vie des femmes

La fondation de StrongMinds est ancrée dans la reconnaissance de impact stupéfiant de la dépression sur la vie des femmes – environ deux fois plus de femmes que d’hommes souffrent de dépression. « Lorsqu’une femme est déprimée, elle travaille moins, elle peut souffrir de maladies physiques et elle va même jusqu’à se désengager de sa famille et de sa communauté. Et lorsqu’une femme est déprimée, les conséquences négatives peuvent s’étendre à ses enfants, qui sont plus susceptibles de manquer l’école ou d’avoir eux-mêmes une mauvaise santé physique et mentale », explique Mujune.

Thérapie sur mesure et autonomisation des femmes

Mujune a expliqué comment les bénéfices d’une thérapie sur mesure pour les femmes vont bien au-delà des femmes elles-mêmes dans la communauté : « À l’inverse, lorsqu’une femme se remet d’une dépression, nos données montrent qu’elle est capable de travailler davantage, de fournir à ses enfants des repas plus réguliers. et à l’école, et elle se sentira généralement plus connectée aux autres membres de sa communauté. Les femmes des initiatives de santé mentale de StrongMinds réduisent davantage la stigmatisation au sein de la communauté en s’exprimant sur leurs expériences personnelles en matière de santé mentale et en ouvrant un espace dans lequel d’autres peuvent tendre la main pour recevoir de l’aide. « Nous aimons dire que lorsqu’une femme se remet d’une dépression, elle change le monde qui l’entoure. »

Le rôle des agents de santé communautaire

Les initiatives de santé mentale de StrongMinds font non seulement appel aux professionnels de la santé pour traiter la dépression, mais également à la communauté dans son ensemble. La participation des membres de la communauté, principalement des bénévoles en santé communautaire, fait partie intégrante du succès du modèle thérapeutique de StrongMinds. « Grâce à la psychoéducation et à la sensibilisation, les membres de la communauté contribuent à créer un espace sûr qui réduit la stigmatisation et encourage les femmes souffrant de dépression à demander de l’aide. Le soutien social est un élément crucial pour aider les femmes à surmonter l’isolement et à améliorer l’efficacité globale de la thérapie de groupe », explique Mujune.

L’interdépendance de la santé mentale et physique

Alors que les maladies infectieuses sont souvent des problèmes urgents à résoudre, StrongMinds sensibilise à l’interdépendance de la santé mentale et physique. La dépression est liée de manière bidirectionnelle aux maladies infectieuses, ayant un impact sur les comportements et l’observance des soins de santé. Aborder la santé mentale contribue au développement global en brisant le cycle de pauvreté perpétué par les limitations induites par la dépression en matière d’éducation, d’opportunités d’emploi et de participation économique.

Surmonter la stigmatisation de la santé mentale

L’un des obstacles les plus importants à la santé mentale est la stigmatisation dans les pays à faible revenu où la notion de santé mentale n’est pas reconnue comme en Occident. StrongMinds met en œuvre diverses stratégies pour relayer l’impact de la santé mentale et l’importance de s’exprimer sur la question. La psychoéducation dispensée par le biais d’efforts de mobilisation et de thérapie vise à éduquer les individus et les communautés sur les troubles de santé mentale, en favorisant la compréhension et l’empathie. L’organisation étend la psychoéducation aux parents et aux enseignants, créant ainsi un réseau de soutien qui facilite le rétablissement et réduit la stigmatisation à l’école et à la maison.

Succès et impact

La mesure de l’efficacité de la santé mentale peut varier ; dans le contexte des programmes de thérapie de groupe de StrongMinds, un résultat positif est défini par une réduction cliniquement significative du « score de dépression » mesuré par l’outil de dépistage de la dépression PHQ-9. Environ 75 à 85 % des clients atteignent un état sans dépression à la fin de la thérapie, comme l’indique un score de dépression minimal.

Le succès de la thérapie de groupe est illustré à travers d’innombrables histoires percutantes. Des années après leur traitement, les femmes expriment leur gratitude pour les expériences qui ont changé leur vie. Certains deviennent des animateurs bénévoles de thérapie par les pairs, mettant à profit leurs expériences pour aider les autres. La nature collaborative de la thérapie de groupe permet aux femmes de surmonter des obstacles apparemment insurmontables, conduisant à des résultats transformateurs tels que la création d’une entreprise et le changement de leur vie.

Des organisations comme StrongMinds contribuent à briser le cycle de pauvreté perpétué par une dépression non traitée. L’initiative crée un effet domino transformateur qui atteint les familles, les communautés et les sociétés en changeant la vie des individus. Comme le souligne Mujune, « la santé mentale est fondamentale pour la santé globale et constitue un droit humain fondamental ». La santé mentale peut se manifester différemment selon les communautés ; Néanmoins, les initiatives de santé mentale de StrongMinds ont prouvé qu’il est possible de trouver des solutions et que leurs effets se répercutent sur la communauté. L’engagement de l’organisation envers ce principe promet des changements positifs encore plus importants. La trajectoire de StrongMinds invite à l’anticipation et à l’enthousiasme alors qu’elle continue d’ouvrir la voie dans les traitements de santé mentale, laissant sans aucun doute une marque et inspirant d’autres organisations dans le paysage mondial.

– Bella Oliver-Steinberg

*