Projets d’eau en RDC

Projets d'eau en RDCLa République démocratique du Congo (RDC) possède d’abondantes réserves d’eau douce. Une trentaine de rivières traversent ses frontières, dont le fleuve Congo, le deuxième plus grand fleuve du continent. Elle abrite également 62 % de la Bassin du fleuve Congoun système d’eau massif qui s’étend sur près de un demi-milliard d’acres et s’étend sur six pays.

Cette quantité d’eau représente plus de la moitié des réserves d’eau douce de l’Afrique et devrait être plus que suffisante pour un pays de 110 millions d’habitants. La vérité est que la détérioration des infrastructures et le manque d’installations suffisantes font que près de 54 % des personnes n’ont pas accès à l’électricité. « services d’eau de base », selon World Vision. Plusieurs organisations entreprennent des projets d’eau en RDC pour garantir à tous un accès à l’eau propre et salubre.

Combattez pour les oubliés

La RDC abrite trois peuples autochtones pygmées — les Mbuti, les Baka et les Batwa. Le Groupe de travail international pour les affaires autochtones affirme que ces groupes sont « largement reconnus comme les premiers habitants » de la région. Pourtant, ce n’est qu’en novembre 2022 que le gouvernement de la RDC mette en place des garanties et des protections pour les droits autochtones.

Les droits fonciers autochtones bénéficient désormais d’une protection légale après des décennies de communautés autochtones forcées de quitter leurs terres au profit des activités forestières, et certaines terres ont même été saisies à des fins de conservation. Toutes ces atteintes aux terres ont été perpétrées sans indemnisation pour les communautés autochtones déplacées.

Justin Wren est un ancien combattant professionnel en cage qui, à travers sa fondation Fight for the Forgotten, a consacré sa vie à soutenir les peuples autochtones pygmées. Wren a lancé la fondation après avoir effectué un « voyage qui a changé sa vie » en RDC. La Fondation utilise les dons pour fournir « de l’eau potable, de l’éducation et de l’autonomisation » à toutes les communautés pygmées. Plus précisément, Fight for the Forgotten a construit plus de 80 puits et acheté 3 050 acres de terres qui appartiennent et sont désormais cultivées par le peuple pygmée et protégées par le gouvernement. Les efforts de l’organisation ont bénéficié à plus de 52 000 personnes.

D’autres efforts comprennent l’installation d’un éclairage solaire et un programme de replantation d’arbres de plus de 12 000 arbres. La construction de puits en RDC a été cruciale, mais nous espérons que l’éducation aux méthodes durables durera des décennies.

Effort mondial

Améliorer l’accès à l’eau et fournir des installations suffisantes amélioreraient l’hygiène, améliorer la santé en RDC. Une hygiène améliorée atténuerait les épidémies de maladies bactériennes comme le choléra ; le simple fait de pouvoir se laver régulièrement les mains avec du savon serait très utile.

Goma abrite environ 2 millions d’habitants et est considérée comme bien située en raison de sa position orientale et de sa proximité avec le lac Kivu. Le problème est que l’eau du lac n’est pas potable. Le Comité international de la Croix-Rouge met actuellement en œuvre le projet Goma West Resilient Water, qui vise à fournir de l’eau potable à plus de 330 000 personnes d’ici 2026. Des réservoirs et des plans de traitement de l’eau avec des objectifs de durabilité à long terme sont en préparation.

Rejoignez-nous pour l’eau est une ONG travaillant dans plusieurs provinces du pays, concevant et construisant des systèmes d’eau potable, y compris des puits. Elle produit des toilettes écologiques qui collectent séparément les excréments pour les réutiliser comme engrais, améliorant ainsi les services d’assainissement et soutenant l’agriculture. Une partie de l’aide arrive dans le pays sous forme d’argent liquide ou de financement de projets, mais Join For Water reste dans le pays et veille à l’entretien des infrastructures qu’il a mises en place.

L’eau douce ne manque pas en RDC, et il appartient au gouvernement, avec l’aide de partenaires et d’organisations, de veiller à ce que les infrastructures soient en place pour permettre l’accès de tous à l’eau potable.

– Benett Crim
Photo : Pixabay

*