Comment recevoir des vaches aide les pauvres au Burundi

Pauvreté au Burundi
En plus d’être le pays le plus pauvre au monde, le Burundi fait face à l’un des taux de pauvreté les plus élevés. Cependant, le Projet régional de développement agricole intégré des Grands Lacs (PRDAIGL) fait des progrès significatifs dans l’aide aux personnes en situation de pauvreté au Burundi. Cet effort est particulièrement évident dans son initiative de donner des vaches aux ménages dans le besoin, une composante essentielle du projet.

Taux de pauvreté au Burundi

Le Département d’État américain a déclaré le Burundi comme le pays le plus pauvre du monde sur la base du PIB du pays. Au Burundi, en 2022, le PIB par habitant est de 238,40 dollars. Comparé à des pays développés comme les États-Unis, avec un PIB par habitant de 76 398,60 $, ou le Royaume-Uni avec 45 850,40 $, la différence est substantielle. Même le pays voisin du Burundi, la Tanzanie, a un PIB de 1 192,40 dollars. En 2022, 87 % des Burundais vivent avec moins de 1,90 $ par jour.

Effet du conflit sur la pauvreté au Burundi

Une partie de la raison de l’état de pauvreté au Burundi est la guerre civile burundaise. Ce conflit est né de tensions de longue date entre les groupes ethniques tutsi et hutu. Elle s’est étendue de 1993 à 2005, au cours de laquelle le PIB a chuté de 50 % et a causé des problèmes de sécurité alimentaire, d’éducation, de logement sûr et de santé en général. Au total, le taux de pauvreté au Burundi est élevé et met en évidence la nécessité d’un appui extérieur. C’est ce que PRDAIGL a entrepris de fournir.

Objectifs de PRDAIGL

La Banque mondiale a créé PRDAIGL en 2017 pour améliorer les conditions financières et de vie des personnes vivant dans la pauvreté au Burundi. Bien qu’il s’agisse d’un pays largement agricole, avec 80% de sa population dépendant de l’agriculture pour ses revenus, 50% des habitants du Burundi n’ont pas suffisamment accès à la nourriture. En fait, la production alimentaire au Burundi ne peut fournir à une personne suffisamment de nourriture que pour 55 jours par an.

PRDAIGL a entrepris d’atténuer les difficultés financières dues à la pauvreté au Burundi en fournissant du bétail sous forme de bovins, ainsi qu’un soutien financier et technique. Malgré un démarrage difficile du projet, avec des retards causés par les maladies bovines et les mesures COVID-19 qui ont empêché l’importation de plus de 3 000 vaches au Burundi, PRDAIGL a finalement pu mener à bien sa mission en 2023.

Une étude de cas du projet PRDAIGL

Christine Nyabenda, 56 ans, dont la situation financière s’est améliorée après avoir reçu une vache du PRDAIGL, est un exemple de la manière dont le projet a soutenu les personnes en situation de pauvreté au Burundi. Après avoir reçu une formation en élevage et reçu de l’aide pour construire une structure pour la vache, Nyabenda a lancé une entreprise laitière prospère.

Avec les bénéfices de la vente de produits laitiers, elle a pu depuis acheter une deuxième vache, construire une boutique pour ses produits et embaucher quatre employés. Elle a également utilisé ses revenus accrus pour améliorer les conditions de vie de sa famille. Et elle a pu s’occuper correctement des vaches après avoir reçu une formation de PRDAIGL sur la façon de surveiller leur santé, de les garder ainsi que leurs enclos hygiéniques et d’exploiter une ferme durable.

Comment le projet a aidé les gens

Les succès de PRDAIGL au cours de ce projet incluent :

  • Il a distribué 3 150 vaches à ceux qui en avaient besoin
  • Le projet a fourni 11 829 000 boutures de bananier
  • PRDAIGL a fourni 150 tonnes de repas
  • Il a fourni 18 000 sacs de ciment
  • Il a donné des pompes, des seringues et des thermomètres
  • Le projet a dispensé une formation aux bénéficiaires
  • Il a aidé 38 120 personnes, dont 35 % de femmes

Regarder vers l’avant

Bien qu’il soit l’un des pays les plus pauvres du monde, le Burundi reçoit une aide cruciale d’organisations telles que PRDAIGL. Des organisations caritatives et des initiatives comme celles-ci offrent une lueur d’espoir pour l’éventuelle éradication de la pauvreté au Burundi.

– Jess Wilkinson
Photo : Flickr

*