Pauvreté des enfants en Guinée-Bissau – Le projet Borgen

Pauvreté des enfants en Guinée-BissauLa Guinée-Bissau est une ancienne colonie portugaise qui a historiquement connu beaucoup d'instabilité et de coups d'État politiques. Le pays a obtenu son indépendance en 1974, mais en raison de sa lutte longue et ardue contre la puissance coloniale, plusieurs tentatives de coups d'État ont eu lieu en Guinée-Bissau. Les plus vulnérables de la société sont ceux qui ressentent les conséquences de la longue histoire d'instabilité et de lutte de la Guinée-Bissau : les enfants de Guinée-Bissau sont les plus durement touchés. En ce qui concerne la pauvreté des enfants en Guinée-Bissau en 2021, 5,8 % de la population de Guinée-Bissau a au moins un enfant scolarisé non scolarisé tandis que 44,1 % de la population adulte n'a pas terminé l'enseignement primaire. De plus, même ceux qui sont scolarisés vivent de toute façon généralement sous le seuil de pauvreté international.

Travail des enfants et pauvreté

Dans ce sens, la pauvreté ne se mesure pas seulement en termes fiscaux mais plutôt en termes d’accès aux opportunités et aux ressources. SOS Villages d'Enfants estime que 75 % des enfants n'ont pas accès au logement, à l'eau potable ou à l'éducation. De plus, le travail des enfants est une routine et une nécessité pour de nombreuses familles. Jusqu'à 17 % des enfants en Guinée-Bissau sont des enfants qui travaillent, ce qui peut causer des dommages physiques et mentaux.

Le travail des enfants peut également conduire à d’autres exploitations ; sexuelle, économique ou d’esclavage. Cela affecte également les enfants scolarisés. Actuellement, environ 200 000 enfants en Guinée-Bissau doivent travailler. Les filles sont particulièrement exposées au mariage précoce, à la violence et à la mutilation génitale féminine, ce qui devient un facteur contribuant à la pauvreté des enfants en Guinée-Bissau, selon SOS Villages d'Enfants.

Un pays fragile

La Banque mondiale définit la Guinée-Bissau comme « fragile », ce que certains considèrent comme un défi pour les tactiques de développement, tandis que l'UNICEF soutient que le contexte de risque nécessite l'adaptation de différentes approches de l'aide internationale et du développement. Certains soutiennent que les pays fragiles ont une confiance plus faible dans les institutions. Cela crée un environnement très difficile pour ceux qui tentent de contribuer à réduire la pauvreté des enfants en Guinée-Bissau. Cependant, ces dernières années, le programme multi-indicatif de l'UE 2021-2027 vise à améliorer la coopération de l'UE avec la Guinée-Bissau. En particulier, l'UE prévoit d'intervenir sur trois priorités stratégiques en Guinée-Bissau, notamment : « Soutenir[ing] Santé reproductive, maternelle et infantile vers un système de couverture sanitaire universelle – DAC 120 » et « Améliorer[ing] la gouvernance du système éducatif et contribuer au développement des compétences techniques et Enseignement et formation professionnels (EFTP) – DAC 110. »

Le gouvernement a tenté de remédier au problème de la pauvreté des enfants à travers la Convention relative aux droits de l'enfant, qui visait à créer un système efficace de protection de l'enfance, mais en raison de l'instabilité politique et militaire de l'État, la Convention a progressé lentement. Les Nations Unies ont indiqué que les taux élevés d'analphabétisme et les traditions culturelles signifient que les politiques et les changements de la Convention ont été retardés dans leur mise en œuvre. De plus, la Guinée-Bissau a ralenti les progrès de la Convention en ne traduisant pas officiellement les langues les plus courantes, obligeant les organisations qui luttent encore pour les enfants en Guinée-Bissau à utiliser des traductions ad hoc et potentiellement inexactes de la Convention.

Solutions

SOS Villages d'Enfants décrit les enfants de Guinée-Bissau comme étant en danger en raison de la situation politique et sociale difficile du pays, mais offre de l'espoir puisqu'ils ont récemment reconnu que les taux de mortalité infantile se sont améliorés. Pas moins de 270 enfants et jeunes grandissent sous la protection de SOS Villages d'Enfants dans le cadre de son programme phare visant à réduire la pauvreté des enfants en Guinée Bissau. SOS Villages d'Enfants s'engage à améliorer la vie des enfants privés de protection parentale ou risquant de perdre la protection parentale. Il y parvient grâce à son mantra en trois étapes ; prévention, protection et sensibilisation. La prévention vise à maintenir les familles ensemble pour éviter la séparation des enfants et des parents, tandis que la protection comprend la formation des parents d'accueil aux normes de garde et le soutien aux jeunes pour qu'ils deviennent autonomes. Enfin, son plaidoyer se concentre sur la réalisation de changements systémiques par le biais de politiques en plaçant le débat sur la pauvreté des enfants en Guinée-Bissau au premier plan de diverses plateformes.

D'autres groupes de réflexion, tels que le Prix des Enfants du Monde, encouragent le grand public à s'exprimer contre la pauvreté des enfants en Guinée-Bissau en donnant aux individus le droit de s'exprimer et de s'exprimer haut et fort contre la pauvreté des enfants.

*